Qu'est-ce qui ne va pas avec les biocarburants ?

Les biocarburants, est-ce la solution?

Au début de ce siècle, les émissions générées par les combustibles fossiles étaient dans le collimateur de nombreux décideurs politiques et gouvernements et les biocarburants sont apparus comme une solution prometteuse pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Autrefois présentés comme la panacée aux problèmes du changement climatique, la prise de conscience des inconvénients des biocarburants s’est accrue ces dernières années. Ces biocarburants controversés – qui sont pour la plupart d’origine végétale et sont produits à partir de cultures vivrières – devaient réduire les émissions de gaz à effet de serre et donc la pollution par rapport aux combustibles fossiles classiques, mais dans la pratique, ils ont provoqué exactement le contraire du résultat escompté.

Non seulement il a défié son objectif en ajoutant plus d’émissions dans l’atmosphère, mais en outre, d’un point de vue économique, il ne semble pas être un remplacement efficace des combustibles fossiles.

Pour réduire notre dépendance à l’essence et au diesel, principalement pour le secteur des transports qui contribue de plus en plus aux émissions en raison de la croissance rapide des voitures personnelles dans les pays en développement, l’ajout de biocarburants tels que l’éthanol, le biodiesel, semblait une option prudente.

Cependant, nous avons constaté une réduction drastique des investissements dans les biocarburants au cours de la décennie. Les raisons sont environnementales et économiques.

Alors que la demande de cultures alimentaires traditionnelles a commencé à augmenter pour la production d’énergie, les prix des denrées alimentaires ont eux aussi continué à grimper en flèche.

Toutes les entreprises ne soutiennent pas cette démarche pour le moment, mais plus vous ferez de changements, plus vous aurez un impact sur le changement.

1 guide zéro déchet pour démarrer votre changement en toute simplicité. Car, oui, c’est simple de changer sans forcément dépenser des centaine d’euros.

1 guide gratuit à télécharger dès maintenant.

Si cela peut sembler une bonne nouvelle pour les agriculteurs qui ont obtenu plus d’argent pour leurs récoltes, c’est l’homme du commun qui a commencé à souffrir le plus. Dans les pays les plus pauvres, qui ne pouvaient pas se permettre de payer plus cher, beaucoup ont dû souffrir de la faim, et ils sont également touchés aujourd’hui.

Les agriculteurs ont converti des terres pour la production de cultures. De vastes étendues de forêt sont défrichées pour faire pousser ces cultures vivrières. La déforestation croissante a entraîné le rejet dans l’atmosphère du dioxyde de carbone provenant des arbres et du sol, ce qui a entraîné une forte augmentation des émissions de gaz à effet de serre et le réchauffement de notre planète ; en outre, la déforestation provoque également la désertification des zones sèches.

Dans des pays tels que le Brésil et l’Indonésie, les forêts tropicales humides sont en déclin, et l’un des principaux facteurs de ce déclin est l’utilisation des terres pour la culture de denrées alimentaires.

Cela a non seulement entraîné une augmentation des émissions de gaz à effet de serre, mais a également provoqué le déplacement des communautés indigènes et la mort de la faune sauvage. Il est surprenant de constater que les gouvernements de ces nations considèrent le boom des biocarburants comme leur réussite, ce qui reflète leur attitude nonchalante face à la crise climatique imminente.

Les législateurs de l’Union européenne – ayant pris conscience des conséquences des biocarburants – ont limité la quantité de biocarburants issus des cultures ; avec une baisse de la demande, l’huile de palme devrait progressivement disparaître après 2023 et l’Europe pourrait même voir l’éradication de l’huile de palme d’ici 2030. Toutefois, aux États-Unis, la tendance est à l’inverse.

Toutes les entreprises ne soutiennent pas cette démarche pour le moment, mais plus vous ferez de changements, plus vous aurez un impact sur le changement.

1 guide zéro déchet pour démarrer votre changement en toute simplicité. Car, oui, c’est simple de changer sans forcément dépenser des centaine d’euros.

1 guide gratuit à télécharger dès maintenant.

Les champs de maïs sont en abondance aux États-Unis, ce qui en fait le plus grand producteur d’éthanol au monde. L’industrie bénéficie également d’énormes subventions. Les États des États-Unis qui cultivent le maïs ont un rôle majeur à jouer dans la politique américaine et les élections primaires présidentielles, il est donc presque impossible de réduire ces subventions.

Les écologistes et les militants du climat ont fait pression pour mettre fin aux subventions dont bénéficient les biocarburants. Il convient de mentionner ici que tous les biocarburants n’ont pas les mêmes inconvénients. Les biocarburants avancés – qui, par exemple, sont dérivés d’herbes indigènes et d’algues d’eau de mer génétiquement modifiées – ont des impacts environnementaux moins négatifs et, en présence d’incitations adéquates de la part des gouvernements, ils peuvent contribuer à réduire considérablement les émissions de gaz à effet de serre.

Nappilla


Traitement en cours…
Terminé ! Vous figurez dans la liste.

Les Livres PDF les plus téléchargés





De l’info durable pour nous, consom’acteur !!

DES ACTIONS POUR UN DÉVELOPPEMENT DURABLE AU LUXEMBOURG
NAPPILLA, LE BLOG ZÉRO DÉCHET N°1 AU GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG

Si tu souhaites copier des images ou des infographies ou prendre des idées des textes pour ton site web ou blog, tu peux le faire sans aucun problème. Peux-tu juste mentionner le blog en mettant le lien [ https://nappilla.blog/ ], par avance un grand MERCI.

Nappilla est le blog de la société Nappilla.com
58 rue Michel Rodange L7248 Bereldange Grand-Duché de Luxembourg.

Contact – Mentions légales – Condition Générale d’utilisation