La pollution par les microplastiques est omniprésente !

Microplastiques – ce mot a beaucoup attiré l’attention des écologistes ces derniers temps. Avec l’augmentation de la population, la consommation de matériaux a connu une croissance exponentielle au cours des cent dernières années, ce qui a conduit à une production massive de plastique. Conséquence de la pollution plastique anthropique, les microplastiques sont de petites particules de plastique d’une longueur de cinq millimètres ou moins. Comme les plastiques mettent des années à se décomposer, en raison du phénomène naturel d’altération climatique, ils peuvent se désintégrer progressivement en particules plus petites et plus fines.

La décomposition des bouteilles en plastique, des vêtements faits de fibres synthétiques comme le nylon au lavage, des teintures et des freins utilisés dans les voitures, des sacs à provisions en plastique, entre autres, libère ces microplastiques dans notre environnement, tant sur terre que sur mer. En outre, ces petites particules sont également fabriquées délibérément et on les trouve sous forme de microbilles dans divers produits cosmétiques et pour le visage, ou elles sont également utilisées dans la technologie du sablage à l’air. En 2014, on a découvert que les microplastiques abondent dans nos océans et on a estimé que leur nombre pourrait se situer entre 15 et 51 billions, pour un poids d’environ 93 000 à 236 000 tonnes métriques !

Une étude récente suggère que les microplastiques ne sont pas seulement limités à la vie marine, mais qu’ils ont maintenant fait leur chemin dans la chaîne alimentaire humaine également. Une étude de l’Organisation mondiale de la santé a rapporté que ces particules ont été détectées dans l’eau du robinet, le miel, le sel marin, le sucre et même la bière ! Dans une autre étude de l’Université de New Castle en Australie, il a été estimé qu’une personne moyenne pourrait consommer environ 5 g de plastique par semaine, ce qui équivaut à manger une carte de crédit ! Les effets des microplastiques ont été étudiés sur les animaux.

Il a été démontré qu’elles ont un impact délétère sur leur comportement, le développement des larves, la croissance et d’autres fonctions physiologiques, ce qui pourrait entraîner une baisse de la production aquacole. Il a également été constaté que le sol était contaminé par les microplastiques. Une étude récente a rapporté que le sol contenant des microparticules de plastique ralentissait la croissance des vers de terre. Les vers de terre contribuent à augmenter la fertilité du sol en l’ameublissant, ce qui entraîne une meilleure circulation de l’air et de l’eau pour la croissance des plantes. Les vers de terre qui se nourrissent de ces microplastiques ont perdu une quantité considérable de poids. Ainsi, notre capacité de production alimentaire peut également diminuer en raison de la pollution par les microplastiques.

Comme ces particules ont été trouvées dans les fruits de mer comme les crustacés et autres mollusques, qui constituent une part importante du régime alimentaire des êtres humains dans certains pays, il est devenu impératif d’étudier leur effet sur les êtres humains également. À l’heure actuelle, on en sait beaucoup sur l’impact direct des microplastiques sur les êtres humains. Cependant, comme ces particules sont en plastique, certaines substances chimiques présentes dans les plastiques, comme le chlorure de vinyle dans le PVC, connu pour être cancérigène, ou le BPA et les phtalates, qui sont des perturbateurs endocriniens, peuvent entrer en contact avec l’homme, par exemple lorsque nous mettons nos aliments au micro-ondes dans des récipients en plastique ou lorsque nous buvons de l’eau dans des bouteilles en plastique.

Alors que de plus en plus de pays réduisent l’utilisation des plastiques, leur élimination totale n’est pas possible. Tout ce que nous pouvons faire est de réduire son utilisation ; s’abstenir d’utiliser des bouteilles d’eau en plastique ou de chauffer des aliments au micro-ondes dans des récipients en plastique pourrait être un moyen de réduire notre exposition aux microplastiques. Certains pays ont même interdit l’utilisation de microbilles. D’autres moyens d’empêcher les microplastiques de pénétrer dans l’environnement pourraient être l’achat de vêtements écologiques non synthétiques ou le filtrage et la collecte des microfibres qui se détachent de nos vêtements dans la machine à laver. L’intégration de ces petits changements dans notre vie quotidienne pourrait réduire l’utilisation des plastiques et son impact néfaste sur notre écosystème.

Si tu souhaites en savoir plus sur les microplastique n’hésite pas à consulter l’onglet Microplastique

Nappilla



Les Livres PDF les plus téléchargés





De l’info durable pour nous, consom’acteur !!

DES ACTIONS POUR UN DÉVELOPPEMENT DURABLE AU LUXEMBOURG
NAPPILLA, LE BLOG ZÉRO DÉCHET N°1 AU GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG

Si tu souhaites copier des images ou des infographies ou prendre des idées des textes pour ton site web ou blog, tu peux le faire sans aucun problème. Peux-tu juste mentionner le blog en mettant le lien [ https://nappilla.blog/ ], par avance un grand MERCI.

Nappilla est le blog de la société Nappilla.com
58 rue Michel Rodange L7248 Bereldange Grand-Duché de Luxembourg.

Contact – Mentions légales – Condition Générale d’utilisation