Gaz de schiste

Bonne ou mauvaise solution ?

Au cours de la dernière décennie, la fracturation a contribué à la mort de plus de mille personnes et à l’émission de plus de mille tonnes de dioxyde de carbone dans le bassin des Appalaches.

Le gaz naturel représente plus d’un tiers de l’énergie produite et consommée aux États-Unis. Son principal argument de vente ? Un prétendu avantage écologique par rapport au charbon et aux autres combustibles fossiles. Cependant, les effets à court et à long terme de la fracturation hydraulique (fracking, un type d’extraction du gaz naturel) sur les communautés locales n’ont jamais vraiment été explorés en profondeur par la communauté scientifique.

Récemment, cependant, des chercheurs de l’université Carnegie Mellon, de l’université de Princeton et de l’université de Stanford ont publié une étude complète sur les impacts environnementaux, sociaux et économiques de la fracturation industrielle dans le bassin des Appalaches.

Ils se sont concentrés sur trois facteurs : les décès prématurés causés par la pollution atmosphérique résultant directement des opérations de forage et de fracturation, l’impact à long terme sur le climat régional et les nouveaux emplois créés grâce à l’expansion de l’industrie énergétique locale. Voici ce qu’ils ont trouvé.

Qualité de l’air


Chaque opération de fracturation nécessite un nombre considérable de véhicules et de machines de construction. Ces machines contribuent à leur tour à l’émission de particules de 2,5 micromètres ou moins (PM2,5), de minuscules particules de poussière et de polluants atmosphériques qui peuvent, lorsqu’ils sont inhalés, déclencher des problèmes respiratoires chroniques comme l’asthme et la bronchite.

« Ces émissions proviennent à la fois des processus en amont (extraction) et de la consommation en aval et de l’utilisation finale (combustion pour la chaleur et l’électricité) », a déclaré Nicholas Muller, coauteur de l’étude et professeur associé d’économie à Carnegie Mellon à Pittsburgh, en Pennsylvanie. Selon Nicholas Muller, entre 1200 et 4600 personnes des Appalaches sont mortes des suites de ce type de pollution atmosphérique entre 2004 et 2016.

Climat


Les particules ne sont pas la seule menace pour la qualité de l’air associée à l’industrie de la fracturation. Des gaz à effet de serre comme le méthane et le dioxyde de carbone, ainsi que des gaz toxiques comme l’ozone et le benzène, sont régulièrement produits par les activités de fracturation. Les gaz à effet de serre, libérés à différents stades de la production et de la consommation d’énergie, dégradent la qualité de l’air et contribuent au réchauffement de la planète

La nouvelle étude calcule que l’industrie du gaz naturel dans les Appalaches a contribué à 1 502 millions de tonnes d’émissions de dioxyde de carbone en 2016 – plus que les émissions de carbone associées à l’industrie du charbon. Selon les chercheurs, il faudrait entre 12 et 94 milliards de dollars pour réparer les dommages causés par la fracturation au climat mondial entre 2004 et 2016.

Les résultats de l’étude ne réfutent pas les affirmations selon lesquelles le gaz naturel est un « combustible de transition » viable pour amener le monde sur une voie énergétique plus durable », a déclaré Paul Ferraro, de la Carey Business School de l’université Johns Hopkins, à Baltimore (Maryland). M. Ferraro n’a pas participé à cette nouvelle recherche.

Emploi

L’étude estime que le boom du gaz de schiste a contribué à la création de 469 000 emplois-années, générant un revenu total compris entre 8 et 33 milliards de dollars dans la région.

Ces chiffres représentent non seulement l’impact au sein du secteur du gaz naturel, mais aussi ses retombées.

Une issue propre

L’étude ne se limite pas à analyser les coûts sanitaires, climatiques et sociaux de la fracturation. En comparant les dommages causés à la santé humaine et au climat à l’impact positif du secteur du gaz naturel sur l’économie locale, les chercheurs ont calculé une taxe sur l’énergie qui, selon eux, peut contribuer à freiner la croissance incontrôlée de l’industrie.

Au lieu du taux actuel de 0,08 dollar par millier de pieds cubes (MCF), les coauteurs recommandent de porter la taxe sur la production d’énergie à partir de gaz naturel à 2 dollars par MCF. Les auteurs ont souligné qu’une telle taxe ne devrait être envisagée qu’avec des politiques similaires sur d’autres sources d’énergie, y compris les énergies renouvelables.

« L’étude fait un bon travail en soulignant à quel point le gaz naturel, comme tous les combustibles fossiles, est sous-évalué. »

M. Muller a également recommandé de maintenir les activités d’extraction loin des centres de population denses et de réduire ou de capturer les émissions de combustion en aval comme autres étapes nécessaires à la création d’une industrie énergétique plus durable.

« L’étude fait un bon travail en soulignant à quel point le gaz naturel, comme tous les combustibles fossiles, est sous-évalué », déclare Ferraro. « Les taxes sur la pollution sont le moyen le plus rentable de réduire la pollution et d’encourager l’innovation. Mais ces taxes doivent être appliquées à toutes les sources de pollution. Les appliquer uniquement au gaz naturel pourrait avoir l’effet pervers d’aggraver la pollution si cela incite les marchés à se tourner vers des sources d’énergie plus sales. »

L’étude a été publiée dans la revue Nature Sustainability en décembre 2019.

« NDLR: de plus, en cette période difficile pour l’Europe concernant notre énergie, notre meilleure idée a été, tout simplement, une importation de gaz de schiste, c’est tout simplement une aberration, mais ça, c’est une autre histoire… »

Lire les derniers articles


De l’info durable pour nous, consom’acteur !!

DES ACTIONS POUR UN DÉVELOPPEMENT DURABLE AU LUXEMBOURG
NAPPILLA, LE BLOG ZÉRO DÉCHET N°1 AU GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG

Les Livres PDF les plus téléchargés 





Si tu souhaites copier des images ou des infographies ou prendre des idées des textes pour ton site web ou blog, tu peux le faire sans aucun problème. Peux-tu juste mentionner le blog en mettant le lien [ https://nappilla.blog/ ], par avance un grand MERCI.


Nappilla est le blog de la société Nappilla.com
58 rue Michel Rodange L7248 Bereldange Grand-Duché de Luxembourg.


Tout conseil proposé dans cet article et à titre informatif, veuillez toujours consulter votre médecin traitant pour toute question concernant votre santé.